menu

Vue 1989 fois
28 mars 2018

EDITO du Président de l'ASSOC - RP N°294

L'espoir meurt en dernier...

Une nouvelle fois, notre pays a été endeuillé par un fanatique islamiste. Ennemi de ce que notre pays représente, ennemi que nous combattons, par les armes et par le droit.

Mais les héros ne meurent jamais.

Le colonel Arnaud Beltrame a sacrifié sa vie pour celle de personnes qui lui étaient inconnues. Héros tombé au champ d’Honneur, son courage est l’expression ultime d’un sens du service et de l’intérêt général si précieux de nos jours. Notre camarade Arnaud de la Grange 8146C, directeur adjoint de la rédaction au Figaro, écrit à son sujet : « notre époque semble si faite d’individualisme forcené, d’indifférence à l’autre, d’égoïsme narcissique et d’invectives haineuses que l’on vient parfois à douter de la nature humaine. Et là, un homme, un militaire, donne sa vie pour d’autres dont il ne connaissait rien. Qu’il repose en paix »

 Ce sens de la mission doit être honoré. Il est le fruit d’une éducation reçue à la fois dans sa famille et dans son parcours, qui l’a amené en passant par le Lycée militaire de Saint-Cyr l’École à servir dans la gendarmerie. Ce parcours rappelle à nos concitoyens les vertus du système de formation de nos armées et en particulier les qualités éducatives des lycées militaires. Les six lycées du ministère des armées apportent une réponse spécifique et irremplaçable à la sujétion particulière des militaires de tous grades : en raison de leur disponibilité permanente, en tout temps et en tout lieu selon les termes de leur statut. Ils ont une particularité exclusive, ils sont les seuls à proposer des internats de longue durée où les jeunes élèves peuvent rester durant les week-ends. Ouverts aussi aux enfants de fonctionnaires civils et aux jeunes de zones défavorisées, leur position dans le système éducatif français est remarquée, admirée souvent, enviée parfois. Ils n’ont à rougir ni de leurs résultats, ni de leurs capacités à faire fonctionner l’escalier social.

En revanche, il reste ici ou là, périodiquement, dans certaines classes préparatoires des comportements inacceptables, de la part de quelques élèves ayant une vision fantasmée et absolument fausse du métier militaire. Les derniers articles de presse sur le lycée militaire de Saint Cyr l’École doivent nous conduire toujours et encore à réfléchir sereinement au-delà des forces de ces établissements scolaires, sur certaines de leurs faiblesses. Alors même que les concours devraient pourtant retenir toute leur attention, ces apprentis sorciers ont oublié que la scolarité dans les lycées militaires ne leur donne aucun pouvoir mais bien des devoirs. Face à ces comportements qui abîment la réputation d’une institution dont ils se revendiquent, à tort, d’être les gardiens, aucune mansuétude n’est permise. Le règlement, rien que le règlement et tout le règlement doit s’appliquer.

Nous devons sur ces sujets, toujours poser ces principes incontournables :

- le sens du service est un horizon clair,

- la solidarité entre élèves est une obligation. Je rappelle toujours, s’agissant du Prytanée, que si le « Matri » est une science exacte, celle-ci ne saurait supporter des exceptions c’est-à-dire des comportements d’exclusion. C’est le « Matri » qui construit notre appartenance commune, source de la force de notre réseau d’anciens élèves.

- la réussite est un objectif pour le lycée ou les classes préparatoires tant pour les élèves que pour les cadres et les professeurs, et quelle que soit l’origine sociale des élèves.

- le travail une vertu cardinale.

Notre association qui date de 1880 ne prend jamais de position en dehors de son cadre statutaire, et ne s'associe jamais à une quelconque démarche de revendication, de contestation, ou d'explication qui sortirait de ce cadre légal strict. Nous ne sommes pas une association d'opinion et notre légitimité tient à un réseau impliqué dans un objectif qui se résume au succès du Prytanée, aux succès des Brutions et des Brutionnes !  Avec l’ensemble du corps professoral et des cadres, pensons haut et visons loin pour nos jeunes élèves.

 En lien permanent avec le Colonel Nachez 7756C, commandant le Prytanée, nous pouvons affirmer que les résultats sont satisfaisants. En 2017 le Prytanée est notamment en tête des lycées de la Défense pour les admissions dans les grandes écoles militaires avec en particulier le nouveau succès d’un élève dans un très bon rang à Polytechnique. Poursuivant sa capacité à renforcer le lien Armée-Nation, le Prytanée enregistre également de très bons succès dans les écoles civiles.

    En poursuivant la mission qui est la notre depuis 1880, rappelons-nous ce qu’a écrit en 2014, dans un ouvrage remarquable, 60 ans après avoir passé 4 ans de captivité dans les camps vietminh, notre camarade Bernard Grué 3942B, 92 ans et actuellement pensionnaire aux Invalides : « L’espoir meurt en dernier »

Soyons fiers d'être Brutions,

 

  Jacques Launay 4954C

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Autres Actualités