menu

Historique

HISTORIQUE PRYTANéE

Statue Henri IV

Institution créée par Henri IV "pour instruire la jeunesse et la rendre amoureuse des sciences, de l'honneur et de la vertu, pour être capable de servir au public...", le Prytanée est resté, depuis près de quatre siècles, fidèle à sa mission originelle.

1604, le roi Henri IV fonde, à LA FLECHE, le Collège Royal Henri-le-Grand qu'il confie à la Compagnie de Jésus. Les Jésuites en font rapidement l'un des plus importants collèges du Royaume. 1764, après l'expulsion des Jésuites, le collège devient une Ecole de Cadets préparatoire à l'Ecole Militaire de Paris. C'est de cette époque que date la vocation militaire de LA FLECHE.

                                  Lien vers l'Edit de Fondation

 

Institution créée par Henri IV "pour instruire la jeunesse et la rendre amoureuse des sciences, de l'honneur et de la vertu, pour être capable de servir au public...", le Prytanée est resté, depuis près de quatre siècles, fidèle à sa mission originelle.

1604, le roi Henri IV fonde, à LA FLECHE, le Collège Royal Henri-le-Grand qu'il confie à la Compagnie de Jésus. Les Jésuites en font rapidement l'un des plus importants collèges du Royaume. 1764, après l'expulsion des Jésuites, le collège devient une Ecole de Cadets préparatoire à l'Ecole Militaire de Paris. C'est de cette époque que date la vocation militaire de LA FLECHE.

 

Le Roi Henri IV possédait à La Flèche une importante maison de famille qu'il tenait de sa grand-mère, la Duchesse d'Alençon, et c'est en cette demeure qu'il décida, en 1603, de fonder un collège pour l'instruction et l'éducation de jeunes nobles sans fortune.

L'Edit de Fontainebleau réglementa cette institution, et, à partir de 1604, les travaux d'installation s'élevèrent rapidement, la cassette royale en faisant tous les frais, ce dont l'austère Sully montra quelque impatience, mais dès les premières années du XVIIème siècle, le collège prit l'aspect que, sous réserve de quelques détails, il possède encore aujourd'hui.

Les Jésuites, alors l'un des corps enseignants les plus réputés de l'époque, auxquels le roi avait confié l'organisation et la direction du collège, arrivèrent à La Flèche aux premiers jours de l'année 1604. Bientôt, leur nouvelle maison devenait une véritable faculté qui fit de La Flèche un centre intellectuel de premier ordre où affluèrent jusqu'à 1 200 élèves venus des provinces de France et même des pays étrangers.

En 1762, leur expulsion appelait le collège à d'autres fins et, en 1764, le Duc de Choiseul, Ministre de la Guerre, y installait une "Ecole Militaire Préparatoire" où devaient passer obligatoirement les futurs élèves de l'Ecole Royale Militaire du Champ de Mars fondée à Paris en 1751. En même temps, le Ministre de la Guerre augmentait le nombre des élèves boursiers, comme le précisaient les lettres patentes de Louis XV : " En marchant ainsi sur les traces du grand roi qui a fondé ce collège, nous serons en état de distinguer par les progrès de 50 gentilshommes, qui y feront leurs études, ceux dont le goût et le talent les porteront au service militaire" ..... Et le Ministre, en 1765, exposait un programme d'éducation : "Le corps robuste ... les esprits éclairés ... fonder les récompenses sur l'honneur".

La période révolutionnaire fit courir au collège de La Flèche des risques sérieux. Laissé à l'abandon, pillé par les troupes de passage qui se rendaient aux Armées de l'Ouest, le collège était cependant encore debout quand l'Empereur ordonnait par le décret de Saint-Cloud du 24 mars 1808 :

  • Article 1 : à dater du 1er juin prochain, le Prytanée de Saint-Cyr sera transféré au collège de La Flèche.
  • Article 2 : au 1er juillet prochain, l'Ecole Militaire de Fontainebleau sera transférée à Saint-Cyr.

Le 15 juin 1808, quand le Prytanée de Saint-Cyr fut installé à La Flèche, le Directeur des Etudes, Monsieur CROUZET, ancien professeur de l'Université de Paris et membre de la Légion d'Honneur, après la Messe du Saint-Esprit célébrée par l'Evêque du Mans, prononça à l'adresse des élèves un discours qu'il termina ainsi : " J'ose prendre en votre nom, en présence de cette illustre assemblée, l'engagement solennel de travailler, de méditer nos devoirs et de recueillir l'esprit de ceux dont cet établissement s'honore, pour ne pas laisser s'éteindre le feu sacré " .

Depuis lors, sous des noms divers, Ecole royale militaire (1814-1830), Collège royal militaire (1831-1848), Collège national militaire (1848-1853), Prytanée Impérial Militaire (1853-1870),  et Prytanée National Militaire (depuis 1870), ce collège a conservé la vocation militaire que Louis XV avait, le premier, donné à l’Ecole de Cadets.

L’époque contemporaine.

Malgré les vicissitudes des guerres, qui l’obligèrent en particulier à se replier en 1940 sur Valence et Briançon, le Prytanée continue à offrir à ses élèves une instruction et une éducation qui les préparent spécifiquement à la carrière militaire, et leur permettent ainsi de présenter dans les meilleures conditions possibles les concours d’entrée aux grandes écoles d’officiers.

 

Ainsi apparaît la vocation du Prytanée National Militaire :

Préparer ses élèves, intellectuellement aux Grandes Ecoles, et moralement, à « servir » dans le sens élevé du vieux mot du langage militaire.

" Réserve de dévouements actifs,..... Faire des hommes.... " : les guerres de 1914-1918, de 1939-1945, d'Indochine, d'Algérie et les opérations humanitaires qui se déroulent actuellement hors de la Métropole, ont prouvé et prouvent que le Prytanée National Militaire demeure fidèle à cette haute mission.